Orthodontie et Chirurgie - chirurgie menton - Dr Aknin

Orthodontie et chirurgie

I. Quand la chirurgie est-elle nécessaire ?

Le traitement d’une malocclusion dentaire liée à une cause osseuse implique inévitablement un traitement chirurgical. Un traitement orthodontique peut être mis en place, mais ne suffit pas pour réparer une malposition dentaire et un mauvais emboîtement des mâchoires. Vous pouvez aussi lire notre article sur les étapes avant un traitement orthodontique chirurgical.

Consultation chirurgicale en vue de l’intervention

Un traitement chirurgical en vue de réparer une malocclusion dentaire intervient généralement après une phase de préparation orthodontique. Avant que celui-ci ne puisse être envisagé, une consultation avec le chirurgien s’impose. Ce dernier va analyser minutieusement le dossier du patient qui comprend un bilan radiologique actualisé. Il va alors établir le plan chirurgical qui va être mis en œuvre.

L’intervention pour soigner une malocclusion dentaire

L’acte chirurgical peut concerner la mandibule, le maxillaire ou les deux à la fois. Dans ce dernier cas, il est alors question d’ostéotomie bi-maxillaire et c’est le cas de figure le plus courant.

Le chirurgien peut intervenir au niveau du maxillaire. Il s’agit ici de l’ostéotomie de Lefort 1 consistant à avancer ou à bouger cette mâchoire supérieure. L’incision est réalisée dans la bouche, ce qui implique une absence de cicatrice externe. Il est aussi possible qu’il procède à une disjonction intermaxillaire afin d’élargir le diamètre transversal.

En fonction du cas, le chirurgien orthodontiste peut aussi intervenir au niveau de la mandibule. La mâchoire inférieure peut faire l’objet d’un avancement ou d’un recul. Le praticien se base le plus souvent sur le procédé d’Obwegeser-Dalpont et revisité par Epker. A noter que le recours aux vis d’ostéosynthèses permet d’optimiser les résultats. Et pour parachever l’opération, il est possible que le chirurgien remodèle le menton afin d’harmoniser le rendu. Quant à l’incision, celle-ci peut différer en fonction du cas.

Quel que soit le type d’intervention, il faut prévoir entre 4 et 10 jours d’hospitalisation pour une intervention chirurgicale orthodontique. Le chirurgien prescrit habituellement un arrêt de travail (d’une durée d’un mois), mais chaque situation est unique.

 Au lendemain de la chirurgie

Au lendemain de la chirurgie pour traiter une malocclusion dentaire liée à une cause à osseuse, quelques effets peuvent se manifester. Il est notamment possible qu’un œdème fasse son apparition, ce qui est phénomène tout à fait normal. La plupart des patients ressentent, par ailleurs, des difficultés à ouvrir ou à fermer la bouche. Il est alors nécessaire de pratiquer des mouvements de gymnastique faciale pour stimuler l’articulation temporo-mandibulaire. La situation revient assez vite à la normale. Parmi les effets de la chirurgie, il faut aussi mentionner un manque (une absence) de sensibilité au niveau du menton. Cette sensibilité revient assez lentement, après 6 mois à 1 an.

Si la mandibule a été avancée, il faut s’étendre à quelques élancements dans la mesure où le nerf dentaire intérieur a été malmené au cours de l’opération. A noter qu’il est nécessaire de solliciter les articulations temporaux-maxillaires pour qu’ils fonctionnent de nouveau normalement. Enfin, il faut laisser le temps aux muscles du visage de retrouver une coordination naturelle. Au final, on obtient un rendu à la fois esthétique et fonctionnel.

Orthodontie après la chirurgie

Après la chirurgie ayant traitée la malocclusion dentaire, il faut encore prévoir une phase finale du traitement : l’orthodontie qui permet de consolider les résultats. Le patient va porter un appareil pendant une période de six mois.

 

 

II. Avant le traitement chirurgical

Un traitement orthodontique est mis en œuvre dans le but de corriger un mauvais positionnement des dents. Cette démarche est entreprise non seulement pour obtenir un joli sourire, mais il existe également des motivations d’ordre fonctionnel. Il s’agit non seulement d’obtenir un bel alignement (des dents du devant notamment) lorsque l’on sourit, mais également de réparer l’alignement entre les dents du haut et celles du bas. Lorsque l’occlusion est trop importante, un traitement chirurgical peut s’avérer nécessaire.

Traitement orthodontique : lorsqu’une intervention chirurgicale s’impose

L’objectif d’un traitement orthodontique est d’améliorer un mauvais alignement dentaire. Au-delà du bon positionnement des dents dites du sourire, il faut aussi s’assurer que la position des dents est parfaite au niveau fonctionnel. Le praticien tient donc compte de l’alignement des dents visibles tout en corrigeant la superposition des dents du haut et du bas. Dans certains cas, le décalage est lié à la position des dents.

Ici, un traitement orthodontique simple est suffisant. Mais il est possible que le décalage se situe au niveau osseux. Une intervention chirurgicale doit alors être envisagée en sachant que l’opération n’est possible que chez un patient qui a achevé sa croissance.

Dans tous les cas, le sujet doit être en excellente santé et son background sanitaire est pris en compte. S’il n’existe aucune contre-indication à l’opération, le chirurgien peut intervenir au niveau des éléments osseux.

Un traitement étape par étape

Avant qu’une chirurgie dentaire dans le but de corriger une malocclusion dentaire, le praticien doit prévoir une phrase de préparation orthodontique. Durant cette étape, l’orthodontiste fait en sorte de déplacer les dents en vue de les redresser. De cette manière, il peut mieux apprécier les problèmes qui seront résolus via une opération.

Une fois l’étape préparatoire est achevée, le chirurgien orthodontiste peut procéder à divers gestes comme des ostéotomies (sectionnement des os). Il met tout en œuvre pour une occlusion fonctionnelle des dents. Au lendemain de la chirurgie, l’orthodontie « classique » intervient de nouveau. Il s’agit d’une phase de finition, indispensable pour consolider les os après la chirurgie.

Établissement du diagnostic par l’orthodontiste

Au cours d’un premier rendez-vous, l’orthodontiste procède à un examen approfondi afin d’établir le diagnostic et déterminer le traitement orthodontique qui convient le mieux à la situation. Il vérifie la moindre anomalie des dents et peut même observer minutieusement le visage pour détecter les éventuelles anomalies à ce niveau. Cette observation se fait en trois dimensions, faisant généralement appel à des analyses céphalométriques (basées notamment sur une téléradiographie du crâne du patient), s’intéressant à la fois à la dentition et à l’ossature. L’objectif est de déceler avec précision les zones « anormales ».

Au terme de ce bilan à la fois clinique et radiologique, un plan de traitement peut être mis en place. L’orthodontiste établit alors les traitements orthodontiques et chirurgicaux qui vont être entrepris.

Préparation orthodontique avant la chirurgie

La préparation orthodontique constitue une étape cruciale avant une chirurgie corrective d’une malocclusion. En général, l’orthodontiste suggère un appareil multi-attaches permettant de bouger les dents dans le but de les redresser, supprimant ainsi toute compensation dento-alvéolaire.

En fonction du cas, il est possible que des prémolaires soient retirées pour dégager de l’espace, rendant alors possible la restauration des axes dentaires. La durée de cette première étape dépend de l’étendue des déformations à réparer. Il faut prévoir entre un et deux ans avant que la chirurgie ne soit envisageable.

Chirurgie et orthodontie de « finition »

L’objectif du traitement orthodontique est d’assurer la stabilité des résultats. Cette phase permet d’assurer un équilibre facial, par le biais d’un entretien de l’anomalie osseuse à l’origine de la malocclusion. Après l’orthodontie, la chirurgie intervient pour faire bouger le maxillaire et/ou la mandibule de telle sorte de supprimer le décalage entre les arcades.

Il faut savoir que l’acte chirurgical ne signe pas la fin du traitement… Une fois l’intervention achevée, il faut prévoir encore six ou douze mois de traitement orthodontique additionnel. Au total, le traitement peut donc s’étendre sur 18 à 36 mois (mais la durée peut être plus courte ou plus longue selon la complexité du cas).

 

 

III. Etude de cas

Les anomalies squelettiques caractérisées par un déséquilibre des mâchoires sont nombreux en orthodontie adulte. Ce post montre quelques cas traités en orthodontie adulte par le Dr Aknin et le résulats thérapeutiques

Orthodontie Adulte – Mâchoire inférieure en avant ou prognathie

Cas d’une patiente souffrant d’une mâchoire inférieure en avant ou prognathie de la mandibule et de facto d’un emboitement dentaire inversé

Patiente atteinte d'une prognathie en orthodontie adulte

chirurgie orthodontique en orthodontie adulte

Traitement chirurgico-orthodontique de la prognathie

Avant traitement en orthodontie adulte, le menton est très en avant. Le profil de la patiente est concave et lui donne un air sévère.

Après traitement, l’orthodontiste a réussi à modifier la position du menton. Celle-ci est bonne par rapport à la partie supérieure du visage. Le profil est équilibré et harmonieux. L’engrènement dentaire est fonctionnel et la patiente a un joli sourire.

 

Orthodontiste adulte –mâchoire inférieure en arrière ou retrognathie

Cas d’un patient souffrant d’une mâchoire inférieure en arrière c’est-à-dire une retrognathie mandibulaire ainsi que d’une mâchoire supérieure en avant.

 

Traitement chirurgico-orthodontique de la retrognathie

Avant traitement, le menton est en arrière et la hauteur du bas du visage est trop haute. Le patient éprouve des difficultés à fermer les lèvres.

Après traitement, le profil est corrigé. Le menton est bien placé, le profil est harmonieux. Le contact labial (des lèvres) est retrouvé et l’engrènement dentaire est fonctionnel. Le patient a un joli sourire.

Ce schéma montre la nature de l’intervention chirurgicale permettant l’expansion de la mandibule (le menton) et donc l’harmonisation du visage après la mise en place du traitement orthodontique préparatoire. Ces chirurgies sont extrêmement sures et permettent des chagements morphologiques très notoires améliorant considérablement l’équilibre du visage du patient.

Traitement chirurgico-orthodontique de la supraclusion

Avant traitement, les dents supérieures recouvrent les dents inférieures dans leur totalité.

Les incisives inférieures s’encastrent dans la gencive palatine où elles laissent une marque. Les incisives supérieures appuient sur le rebord gingival des incisives inférieures et les déchaussent. Le menton est en retrait dans le profil et l’étage inférieur du visage est réduit et même « écrasé ». La patiente a un double menton.

Après traitement, l’ensemble de ces anomalies est corrigé. Le sourire est parfait. Le menton est fort. Le double menton a disparu. L’engrainement des dents est idéal.

 

 

IV. Questions fréquentes

Questions a un orthodontiste

Quel est l’objectif d’une chirurgie orthognathique du menton et de la mâchoire ?

Le traitement qui combine les attaches avec la chirurgie du menton est appelée traitement chirurgico-orthodontique parfois necessaire en orthodontie adulte. Cette forme de traitement est typiquement et exclusivement utilisée pour corriger les cas sévères. Les types de problèmes qui peuvent être corrigés par la chirurgie menton orthognathique comprennent les mauvaises mastications, la malocclusion et les anomalies de la mâchoire. L’objectif de ce type de traitement est le complexe cranio-facial impliquant le visage et la mâchoire. L’orthodontiste travaille en étroite collaboration avec le chirurgien maxillo-facial pour coordonner la chirurgie orthognathique.

 

Quelles sont les circonstances qui exigent un traitement chirurgico-orthodontique ?

La chirurgie orthognathique est réservée aux patients adultes âgés de 18 à 21 ans, lorsque leur croissance maxillaire est terminée. La croissance maxillaire peut continuer jusqu’à l’âge de 22 ans, aussi est-il très important que votre orthodontiste surveille la croissance avec des radiographies séquentielles. L’orthodontiste sera alors en mesure de déterminer le moment où votre phase de croissance spécifique est achevée. La chirurgie orthognathique est réservée aux patients avec des mâchoires sévèrement décalées et qu’un traitement orthodontique seul ne peut pas corriger. La chirurgie corrige le décalage des bases squelettiques alors que l’orthodontie replace les dents dans une  position correcte.

Aurais-je besoin d’une chirurgie orthognathique ?

Selon la gravité de votre cas, vous pourriez ou non avoir besoin d’une chirurgie des maxillaires. L’orthodontiste sera en mesure de déterminer si les attaches peuvent corriger votre malocclusion dentaire ou si la chirurgie orthognathique est nécessaire pour votre plan de traitement.

 

Comment fonctionne la chirurgie orthognathique ?

Les patients portent habituellement un appareil dentaire lingual dans le cadre d’une orthodontie linguale, classique ou un appareil dentaire invisible de type Invisalign Paris  pour une durée approximative de six à dix huit mois avant la chirurgie de la mâchoire. Les attaches supérieures et inférieures prépareront les mâchoires pour la procédure chirurgicale. La chirurgie orthognathique est effectuée par un chirurgien spécialisé dans la chirurgie maxillo-faciale. Cette procédure se déroule dans un hôpital et implique une période de repos de quatre semaines après que l’intervention chirurgicale. Une fois que la mâchoire est guérie, l’orthodontiste peaufinera l’occlusion et l’alignement dentaire pour finaliser le traitement. L’orthodontiste fournira des contentions fixes ou  amovibles après la fin du traitement afin de maintenir votre nouveau sourire.

 

Y-a-t-il des risques associés à la chirurgie orthognathique ?

Toute chirurgie comporte certains risques. Il est important de comprendre que la chirurgie orthognathique a été améliorée depuis de nombreuses années et ne constitue pas une nouvelle procédure. Nous sommes en mesure de répondre à toutes les questions que vous souhaitez poser et vous fournir toutes les informations dont vous avez besoin pour comprendre votre procédure.

 

Y-a-t-il des avantages à subir une chirurgie orthognathique ?

La plupart des patients affirment qu’ils aiment la sensation et l’aspect de leur nouveau profil. Si le traitement chirurgico-orthodontique est nécessaire pour corriger une mauvaise mastication, une anomalie de la mâchoire ou une malocclusion, cette procédure peut aider à augmenter votre confiance en vous et vous donnera un beau sourire sain qui durera pendant de nombreuses années à venir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *